Cons Finés : Jour 13

29 Mars 2020. Banditu fête ses deux ans aujourd’hui ! C’est un ado 🙂

Hier soir j’ai discuté avec Mateo. Si c’est pour rester au village enfermé, je préfère être chez moi à Ajaccio. Au moins j’aurais internet et de quoi travailler un peu … même un tout petit peu… Il ne veut pas me suivre, lui aussi à deux trois bricoles à faire niveau boulot, et il préfère faire ça seul au village. Je comprends moi aussi quand je bosse j’aime pas avoir du monde … Je décide donc de partir à 13h.

La matinée fut dure, la tête dans … La première fois que ça m’arrive depuis le confinement. Je dois vraiment en avoir plein le capuchon là … On décide de se boire un pastis en terrasse, le soleil est là aussi, mais pour combien de temps encore ? On discute de pleins de choses, le temps passe, j’en profite pour préparer mes sacs, et faire un brin de ménage dans la maison histoire de pas me casser comme un voleur.

Mateo ne veut pas me suivre, il me rejoindra peut être. J’espère.
Je ne sais pas pourquoi mais il à été dur de quitter Zevaco. Je vous rappelle que je quitte le village car la rester enfermé à la maison sous la pluie me rendais FOU. Mais malgré tout, je m’en vais en laissant mon ami … Ça va me faire bizarre de ne plus le voir pendant quelques jours… Mine de rien, on s’était bien organisé à la maison. L’ambiance à toujours été bonne, et n’a jamais changée… On s’entend bien, chacun respecte l’autre, l’aide, et s’assure qu’il passe un bon moment.

Il m’aide à charger mes affaires, on se dit au revoir, et puis je m’en vais.

C’est avec un pincement au coeur que je roulerai pendant les premières minutes. Il va me manquer. J’espère que je vais remonter rapidement. Je remonterai rapidement.

Ajaccio.

Je ne sais pas si c’est parce que j’ai passé les derniers jours à regarder des films de science fiction, mais franchement on se croirai dans un film. C’est DESERT.
Les routes sont désertes, les trottoirs sont déserts, aucune âme qui vive… Wow, je percute vraiment ce que c’est le confinement là… Direction l’appartement, Banditu dors sur le siège passager.

Je fais une halte pour voir mes parents, seul Banditu aura eu droit à un bisou. On a préféré garder nos distances avec maman : virus oblige …

J’en profite pour récupérer deux trois affaires, et puis direction l’appartement.

L’appartement.

J’ai emménagé il y a une quinzaine de jours si vous vous souvenez… Bon, bah rien n’a changé, c’est toujours aussi vide, et aussi en désordre ( dans les cartons ). La flemme, je ne touche à rien, je me dirige cash vers mon bureau. INTERNET : ma seule préoccupation pour l’instant.

Raté. Je n’ai pas internet.

Merci Orange… Ma ligne devrait être active depuis le 13, nous sommes le 29… Heureusement que j’ai passé du temps au village sinon j’aurais vrillé… Je galère plus de deux heures à bidouiller à droite à gauche, sans succès. Je m’avoue vaincu.

19h 30 : Thomas ( Un ami qui habite en fait dans le même immeuble ) passe boire un verre : il passe en retenant sa respiration dans le salon, je retiens la mienne aussi. Rendez vous sur la terrasse. Ici c’est pas l’espace qui manque, il à pris soin d’emmener sa bouteille et son verre, moi j’ai ma bière. On dirait deux radins ( pour pas dire un autre adjectif 😉 ) en train de boire leur verre … 20h00 les applaudissements retentissent.
Wow, ça fait un choc, je m’y attendais pas du tout, Banditu non plus…

Je traine un peu sur mon téléphone, vient l’heure du dîner, je n’ai pas faim … Un yaourt, quelques croquettes pour le monstre, une ballade dehors pour un pipi ( lui pas moi ) et puis au dodos…

Ça fait bizarre d’être en ville …

*Joyeux anniversaire mon petit chien*

François Menassé
François Menassé
error: Dans un soucis de protection de nos données, cette action n'est pas possible. Merci de votre compréhension